Copyright © 2015 Lizzie's Chronicles - N° de dépôt C61TM3 Séléctionner Fermer
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Lizzie's Chronicles

Book reviews, Tags and More

Chronique Livresque : La Dame du Manoir de Wildfell Hall - Anne Brontë 🏰🎩

Publié le 19 Juin 2016 par LizzieFlower in Classique

Source : http://googleimages.fr • la dame du manoir de wildfell hall

Source : http://googleimages.fr • la dame du manoir de wildfell hall

Informations concernant le livre :

Titre : La Dame du Manoir de Wildfell Hall

Auteur : Anne Brontë

Édition : Archipoche

Date de Parution : 1848 ( 2012 pour la présente édition )

Résumé de l'histoire :

L'arrivée de Mrs Helen Graham, la nouvelle locataire du manoir de Wildfell, bouleverse la vie de Gilbert Markham, jeune cultivateur.
Qui est cette mystérieuse artiste, qui se dit veuve et vit seule avec son jeune fils ? Quel lourd secret cache-t-elle ? Sa venue alimente les rumeurs des villageois et ne laisse pas Gilbert insensible. Cependant, la famille de ce dernier désapprouve leur union et lui-même commence à douter de Mrs Graham...

Quel drame s'obstine-t-elle à lui cacher ? Et pourquoi son voisin, Frederick Lawrence, veille-t-il si jalousement sur elle ?

Mon Avis :

Ça y est !!! Mon challenge "je lis au moins un livre de chacune des soeurs Brontë" est réussi, grâce à la lecture d'une oeuvre de Anne Brontë : La Dame de Wildfell Hall.

À la base, je voulais me procurer Agnès Grey, un autre roman de Anne Brontë, mais il était in-trou-vable. Comme j'avais la flemme de le commander sur internet et que la librairie proposait La Dame de Wildfell Hall, j'ai plutôt opté pour ce deuxième choix.

Je peux dire que je ne le regrette en aucune façon, car ce livre est une merveilleuse découverte. 😁😍

Si on doit vraiment comparer les oeuvres des soeurs Brontë, je pense que La Dame du Manoir de Wildfell Hall se démarque assez bien des Hauts de Hurlevent ( écrit par Emily Brontë ) ou de Jane Eyre ( écrit par Charlotte Brontë ). Anne Brontë à son propre style, elle mixe les moments joyeux et les moments excessivement tristes, sans jamais atteindre l'intensité dramatique des Hauts de Hurlevent ou la passion éprouvée pour la vie dans Jane Eyre. Mais son discours n'est pas pour le moins ennuyeux ou inintéressant.

Si Emily à le don de produire des personnages ambivalents, à la fois dévorés par la haine et en même temps possédant une fragilité déconcertante et que Charlotte construit des protagonistes indépendents et de véritables forces de la nature, Anne elle, nous livre des destins brisés et des expériences de vie choquantes et troublantes.

Car tout ce livre est porté sur la personne de Helen Graham, la mystérieuse "Dame de Wildfell Hall" qui attire et fascine Gilbert Markham, le narrateur, et cette "Dame de Wildfell Hall" en sait pas mal niveau "destins brisés" et "rêves déçus" 👊

Le roman se construit sur un échange épistolaire entre Markham et une de ces connaissances et également sur des extraits du journal intime de Mrs Graham, retranscrit dans la correspondance par lettre des deux messieurs.

Pour moi, ce livre ce divise en quatre : le premier quart correspond bien entendu à la situation initiale : présentation des personnages , du cadre, des relations... Plus ou moins intéressant, mais bon, il faut bien y passer pour comprendre après.

Le deuxième quart de l'histoire est celui qui m'as le moins plu de tous, car c'est le moment où s'installe le badinage amoureux, le jeu de "je t'aime" et "je t'aime aussi mais plutôt crever que de l'avouer".

Mais en même temps, cette maligne d'Anne Brontë fait grandir le mystère, si bien que quand on arrive au troisième quart du livre, on est au bout de nos nerfs. C'est là qu'on découvre le passé d'Helen Graham, au travers de son journal. C'est là que l'histoire prend un tournant passionnant, tant on a envie de savoir ce qui a bien pu arriver à cette femme. Et c'est absolument horrible, c'est moi qui vous le dis.

Très franchement, si une femme devait être couronnée "femme la plus généreuse du monde" ça serait sans doute Helen Graham. C'est une figure ambivalente, au début une femme solide comme un roc, qui prend sur elle et se sacrifie pour tout le monde et qui finit brisée, trainée dans la boue, humiliée, avant de finalement rendre les coups.

Elle a beau avoir une volonté de fer, elle possède malgré tout une certaine naïveté et surtout une extraordinaire bonté qui la mènent à sa perte.

Son destin est affreux ( lisez le livre si vous voulez savoir de quoi il retourne ) et en même temps on présume qu'il a du être le destin de beaucoup de jeunes mariées au 19 ème et même bien avant. En tout cas, je ne souhaite la vie d'Helen à personne.

Mis à part cela, ce roman, un des premiers romans qualifiés de "féministes", propose des réflexions sur l'émancipation de la femme, le mariage ( de ses déboires surtout ) et plus généralement sur la condition féminine. Des sujets très intéressants, et reccurents chez les sœurs Brontë.

Pour Conclure :

Un roman fort, poignant, bouleversant sur le destin malheureux d'une femme du 19 ème, et son combat pour l'accès à la liberté et au bonheur.

Note : 15/20

4/5 pour l'aspect général ( couverture, résumé, traduction ) = il y avait de nombreuses fautes d'orthographe réccurentes ( oui, je sais c'est pas la mort, mais bon, quand même )

3/5 pour l'intrigue ( longueur, richesse en actions )

4/5 pour les personnages ( nombre, personnalités )

4/5 pour le ressenti général ( ensemble du livre )

Commenter cet article